Exhortation à la philosophie. Le dossier grec : Aristote. Traduit et commenté par Sophie Van der Meeren

Vient de paraître : Exhortation à la philosophie. Le dossier grec : Aristote

Traduit et commenté par Sophie Van der Meeren

Collection Fragments, Numéro 11, Les Belles Lettres, Paris, 2011, XXXII + 288 p.

ISBN 10 : 2-251-74210-7/ISBN 13 : 978-2-251-74210-6. 35, 00 euros.

http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100557310

Cette monographie entièrement consacrée au Protreptique perdu d’Aristote s’ouvre sur une introduction d’une centaine de pages, suivie de la traduction et du commentaire détaillé de quatre types de matériaux, présentés dans l’ordre suivant : (1) les quelques témoignages sur le Protreptique d’Aristote ; (2) les rares citations de cet ouvrage ; (3) un ensemble bien plus fourni, constitué d’une série chapitres du Protreptique à la philosophie de Jamblique dans lesquels, à partir de la fin du XIXè siècle, plusieurs philologues ont pensé reconnaître d’amples extraits de l’ouvrage homonyme du Stagirite ; (4) des textes complémentaires de Jamblique (Protreptique, dernière partie du chap. V ; De communi mathematica scientia, chap. 26) et de Proclus (Commentaire au premier livre des Éléments d’Euclide, p. 25-28 Friedlein) qui offrent des parallèles significatifs aux textes déjà mentionnés.

Si les chapitres du Protreptique de Jamblique forment l’essentiel des éditions modernes du Protreptique perdu d’Aristote, on omet trop souvent de rappeler qu’à aucun moment Jamblique ne mentionne ses sources et donc ni le nom d’Aristote, ni un ouvrage qui s’intitulerait Protreptique —. Dès lors, les « éditions » et « reconstructions » de l’ouvrage d’Aristote à partir de Jamblique demeurent des édifices assez subjectifs : ce qui justifie le choix de rassembler ces textes sous le titre d’Exhortations aristotéliciennes, plutôt que Protreptique, et de ne pas tenter une nouvelle « reconstruction » du texte aristotélicien en sectionnant les chapitres jamblichéens (comme, par exemple, dans l’édition de référence du Protreptique d’Aristote, celle de Düring). Les chapitres du Protreptique de Jamblique sont donc laissés ici dans leur intégralité, car chacun d’eux, comme il est démontré dans l’introduction et les notes, offre une argumentation parfaitement cohérente.

Cet appel à la prudence est aussi un moyen de déplacer l’intérêt de cet ensemble de textes. Cet intérêt a été souvent grevé, en effet, par les questions de l’authenticité aristotélicienne, certes importantes, et constamment prises en compte ici, mais sans doute trop présentes, au détriment de ce que la traduction et le commentaire proposés veulent mettre en valeur, c’est-à-dire la richesse des réflexions sur le sens et la valeur de la philosophie développées en ces extraits, source d’inspiration majeure pour de nombreux auteurs de l’Antiquité plus tardive. Les multiples facettes de la philosophie des Exhortations aristotéliciennes, et leurs présupposés théoriques, sont résumées dans les différents dossiers de l’introduction.

La première partie de celle-ci, intitulée « La nécessité de philosopher », replace ainsi les textes traduits et commentés dans la perspective du « genre » du protreptique à la philosophie.

Une deuxième partie montre que la philosophie des Exhortations aristotéliciennes se situe au croisement de deux modèles conceptuels fondamentaux : elle est tantôt technè et science, tantôt physis, c’est-à-dire accomplissement des facultés naturelles de l’homme.

C’est aussi la raison pour laquelle une grande attention est accordée à l’argumentation des Exhortations et aux questions rhétoriques, largement abordées dans une dernière partie de l’introduction ; celle-ci est complétée par les « Critères d’édition », dans lesquels est justifié le choix de suivre principalement l’édition Pistelli du Protreptique de Jamblique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *