2. Ordres et désordres

Ordres et désordres

Actes du colloque de doctorants et de jeunes chercheurs, « Ordres et désordres », Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne et Université Paris Ouest – Nanterre-La Défense, 4-5 juin 2010.

Présentation

S’il existe un terme rémanent dans la philosophie grecque, et cela dans toutes ses dimensions, c’est bien celui de cosmos, et toute une série de termes qui se déploient dans le champ conceptuel de l’ordre. On pense bien entendu d’abord à l’ordre du monde dans sa réalité cosmologique, ou plutôt à sa « mise en ordre », des théogonies archaïques jusqu’aux systèmes cosmologiques hellénistiques ; mais cet ordre cosmique est, comme on le sait, intimement lié à d’autres formes de mise en ordre : l’ordre politique, institutionnel et urbanistique de la cité, mais aussi l’ordre psychologique de l’âme vertueuse dont les principes d’action garantissent sa tranquillité et son bonheur.

Le concept d’ordre, quelque soit le terme utilisé par les anciens pour en décrire la structure ou les processus, se révèle pourtant toujours associé à son contraire, ou plutôt à une multitude de contraires : l’akosmia du monde originel, Eris ou Polemos, mais aussi la stasis politique et psychologique, ou encore ces formes indéterminées qui échappent, menacent ou encore se prêtent à un plan rationnel organisateur : le chaos, l’infini (apeiron), mais aussi la chôra, les troubles psychologiques passionnels comme le désir, la colère, ou l’amour. Le présent colloque s’est donné pour tâche d’explorer la manière dont les anciens (poètes, historiens, médecins, philosophes) ont envisagé la relation entre le concept d’ordre et ce qui apparaît comme son contraire.

Sandrine ALEXANDRE et Esther ROGAN

 

Sommaire