3. Avoir plus : une figure de l’excès ?

Avoir plus : une figure de l’excès ?

Actes du colloque de doctorants et de jeunes chercheurs, « Avoir plus : une figure de l’excès », Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne et Université Paris Ouest – Nanterre-La Défense, 10-11 juin 2011.

Présentation

Brisant l’ordre et la mesure constitutifs de toute chose ou de tout être, la tendance à « avoir plus », exprimée notamment par le terme grec pleonexia, et que J.-P. Vernant définit comme un « désir d’avoir plus que les autres, plus que sa part, toute la part », apparaît d’emblée comme une réalité chaotique et tentaculaire. Chaotique, car elle contrevient à l’égalité (qu’elle se dise sous le nom de l’isotès, de l’isomoiria ou bien encore de l’isonomia), fondement de toute relation équilibrée chez les Grecs. Tentaculaire, au sens où elle ne trouve jamais de limite, ni dans le temps ni dans ses objets : elle s’étend à tout, et il n’est pas de lieu où elle ne soit à l’œuvre.

À la mesure de cette « non-mesure », et comme pour en circonscrire les effets négatifs, les Grecs n’ont cessé de penser cette tendance à avoir plus. Elle traverse ainsi les écrits médicaux, historiques, philosophiques, comme ceux des poètes et des orateurs et les différentes interventions ont explorés des corpus et des thématiques variés et divers, à la mesure de la richesse du thème proposé.

La communication de S. Bassu propose un panorama général de l’idée de démesure dans la pensée antique, en la présentant comme « ambivalente ».

B. Bondu et L. Candiotto explorent la question de la démesure dans le domaine du savoir et s’interrogent sur d’éventuelles stratégies de cantonnement, L. Candiotto se livrant à une analyse détaillée de la méthode socratique à partir de la réfutation de Calliclès menée par Socrate dans leGorgias tandis que B. Bondu étudie pour sa part le principe – stoïcien – de « non précipitation » et les usages sceptiques qui ont pu en être faits.

P. Ponchon et E. Rogan s’intéressent à la dimension politique de la démesure, le premier à propos de Platon et de Thucydide, la seconde à partir d’Aristote.

Aristote s’est également trouvé au cœur de la lecture d’H. Gueguen qui interprète, à partir de la pensée du Stagirite, la pleonexia comme une « contrefaçon de la puissance ».

Sandrine ALEXANDRE et Esther ROGAN

Sommaire