9-11 juillet 2018 // L’oraison funèbre à Athènes : 40 ans après Nicole Loraux (Strasbourg)

L’oraison funèbre à Athènes : 40 ans après Nicole Loraux

CONFÉRENCE INTERNATIONALEDes soldats britanniques admirent l’Érechthéion, sur l’Acropole d’Athènes, en octobre 1944. London, Imperial War Museum, nég. n°TR 2516. Photographe : Capitaine A. R. Tanner.

Du lundi 9 au mercredi 11 juillet 2018, de 9:00 à 17:00

Salle de Conférence – Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme-Alsace (MISHA) – 5 allée du Général-Rouvillois – Campus Esplanade – université de Strasbourg – Strasbourg, France

L’affiche de la conférence est disponible ici

ORGANISATEUR

David M. Pritchard (université du Queensland/université de Strasbourg)
Email

INDEX

RÉSUMÉ

Les inscriptions sont ouvertes pour L’Oraison funèbre à Athènes : 40 après Nicole Loraux. Cette conférence internationale se tiendra à l’université de Strasbourg, du 9 au 11 juillet 2018. Dans les pays anglophones, francophones et germanophones, la fameuse oraison funèbre de Périclès est fréquemment étudiée dans les écoles et les universités. Une fois par an, dans l’Athènes classique, cette oraison était prononcée en l’honneur des soldats morts au combat. Elle était d’une grande importance aux yeux des Athéniens, leur rappelant leur identité en tant que peuple et les raisons du sacrifice de leurs fils à la guerre. Cette conférence entreprendra l’étude de ce genre littéraire la plus approfondie depuis 40 ans, et l’ouvrage qui en résultera sera publié par Cambridge University Press.

En 1981, la grande historienne française Nicole Loraux a publié une étude révolutionnaire de ce type de discours, prouvant son rôle central dans le maintien du sentiment d’identité des Athéniens. Cette étude, malgré son impact remarquable, était toutefois loin d’être complète. En effet, elle ne comparait pas l’oraison funèbre aux autres genres de la littérature populaire de la cité et, par conséquent, Nicole Loraux n’a pas pu démontrer sa thèse affirmant que l’oraison funèbre était le genre prédominant. Cette conférence se propose donc de compléter son étude en effectuant cette comparaison, apportant de nouvelles études des cinq oraisons existantes ainsi que le compte-rendu le plus exhaustif à ce jour de la place de la guerre dans la culture populaire de la démocratie athénienne.

FINANCEURS

La conférence est cofinancée par l’Institut d’études avancées de l’université de Strasbourg, ainsi que les organisations suivantes :

CONFÉRENCIERS

Les deux conférenciers principaux sont Peter Hunt (université du Colorado à Boulder) et Dominique Lenfant(université de Strasbourg). Les 21 autres conférenciers et présidents de session sont :

  • Nathan Arrington (université de Princeton)
  • Vincent Azoulay (université Paris-Est-Marne-la-Vallée)
  • Ryan Balot (université de Toronto)
  • Thomas Blank (université Johannes-Gutenberg de Mayence)
  • Alastair Blanshard (université du Queensland)
  • Leonhardt Burckhardt (université de Bâle)
  • Jason Crowley (université métropolitaine de Manchester)
  • Jonas Grethlein (université de Heidelberg)
  • Johanna Hanink (université Brown)
  • Judson Herrman (Allegheny College)
  • Paulin Ismard (université Paris I-Panthéon-Sorbonne)
  • Sophie Mills (université de Caroline du Nord à Asheville)
  • Neville Morley (université d’Exeter)
  • Estelle Oudot (université de Bourgogne)
  • Christophe Pébarthe (université Bordeaux-Montaigne)
  • Laurent Pernot (université de Strasbourg)
  • David M. Pritchard (université du Queensland/université de Strasbourg)
  • Charles Pry (université du Queensland)
  • Kurt A. Raaflaub (université Brown)
  • Johannes Wienand (université Heinrich-Heine de Düsseldorf)
  • Bernhard Zimmermann (université de Fribourg-en-Brisgau)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *