Compte rendu du colloque «L'Intellect et l'Un, aspects de la métaphysique dans le médioplatonisme», Clermont-Ferrand, 1 et 2 octobre 2008.

Compte rendu du colloque «L’intellect et l’un, aspects de la métaphysique dans le médioplatonisme», Clermont-Ferrand, 1 et 2 octobre 2008

Organisé par A. Petit et S. Roux, dans le cadre du centre «Philosophies et Rationalités» de l’Université Blaise Pascal, ce colloque international fut l’occasion de faire le point sur une période encore mal connue, et sur une entité historique et philosophique aux contours problématiques. La période se caractérise en effet par le retour aux considérations métaphysiques à l’intérieur du platonisme, en rupture avec ce qui se pratique dans la Nouvelle Académie sceptique. Il s’agissait donc d’essayer de comprendre comment ces penseurs, qui relisent Platon, ou du moins certains textes platoniciens, en dehors de l’Académie, remettent l’accent sur la dimension métaphysique de son œuvre. Ce faisant ils semblent anticiper sur Plotin et les néoplatoniciens. Quels textes relisent-ils et dans quelle optique ? Leurs préoccupations métaphysiques, au croisement de l’ontologie, de la théologie, et de l’hénologie, ont-elles une unité et si oui, de quel type ? Peuvent-elles être rabattues sur le néoplatonisme qu’elles prépareraient ? Telles ont été les principales questions abordées par les différents orateurs, chacun à leur manière et selon leur angle particulier. Tâchons d’en donner une synthèse qui, bien que rapide, ne dénature pas trop les différentes positions tenues.

1. Le médioplatonisme, une nébuleuse hétérogène sous l’égide de quelques textes platoniciens
Les interventions, variées, permirent d’aborder les œuvres d’auteurs comme Modératus de Gadène (conférence de J.M. Zamora, Université de Madrid), Numénius (conférences de A. Petit, Université de Clermont-Ferrand ; S. Roux, Université de Poitiers ; et L. Lavaud, CPGE Montpellier), Alcinoos (communication de S. Roux), Antiochus (dans l’intervention de M. Bonazzi, Université de Milan), les oracles chaldaïques (communication de L. Brisson, Centre Jean Pépin,), voire certains aspects de Zostrien (Conférence de A. Charles-Saget, Université de Paris X-Nanterre), Plutarque (F. Trabattoni, Université de Milan), Philon d’Alexandrie (B. Castelnérac, Université de Sherbrooke et F. Trabattoni), et même d’Origène (dans la communication de M. Zambon, Université de Padoue). Derrière cette grande diversité de noms, émergea souvent une grande diversité de formes, puisqu’on trouvait à côté des textes philosophiques proprement dits (Numénius, Alcinoos, Modératus), des textes plus franchement religieux (Origène, voire Philon), ou entre le mythe, l’histoire et la théologie (Plutarque, Sur l’E de Delphes, Isis et Osiris), voire carrément mystiques et poétiques (les oracles chaldaïque, Zostrien). A cette diversité de genre correspondait une diversité des influences engagées dans le médioplatonisme, et analysées par une partie des orateurs : le pythagorisme (pour Numénius et Modératus, étudié par A. Petit et J. M. Zamora), le stoïcisme et les polémiques contre les néoacadémiciens (notamment avec Antiochus, dans l’intervention de M. Bonazzi), la Septante et le problème de la métaphysique de l’Exode (avec Philon dans les communications de F. Trabattoni et celle d’A. Charles-Saget), le christianisme (Origène dans le texte de M. Zambon), sans oublier ou les proximités avec les gnostiques (Numénius). Derrière cette diversité, les différentes communications ont permis de mettre au jour quelques facteurs d’unité : d’abord l’importance de la lecture, et de l’interprétation, de certains dialogues précis de Platon, essentiellement le Timée, la seconde partie du Parménide, et dans une moindre mesure le Phèdre, ont souvent été les références platoniciennes évoquées. Les médioplatoniciens semblent donc s’appuyer essentiellement sur un corpus platonicien précis et relativement restreint, qui sert de grille de lecture pour le reste des dialogues. Le deuxième élément d’unité tient au fait que la doctrine de Platon tend, chez la plupart des auteurs, à asservir les autres influences. A l’exception notable de l’exposé sur Origène, les autres exposés ont en effet abouti à la conclusion que les éléments extérieurs, avec des nuances d’ailleurs en fonction du degré d’extériorité (le pythagorisme est en effet moins extérieur au platonisme que le stoïcisme), subissait une « platonisation », c’est-à-dire qu’une lecture métaphysique platonicienne forte servait de cadre général à toutes les analyses du médioplatonisme (voir en particulier l’analyse de M. Bonazzi, à ce sujet), qui, s’il peut avoir en surface un aspect éclectique (ce qu’a bien montré B. Castelnérac), reste en profondeur structuré par une métaphysique platonicienne.

2. pas d’unité de doctrine, mais une difficulté métaphysique commune
Il ne faudrait pas croire pour autant, et c’est la deuxième grand enseignement du colloque, que le médioplatonisme apparaît comme une doctrine unifiée. Les divers participants ont souvent insisté sur le fait que chaque auteur présente une version particulière de la métaphysique platonicienne, qui correspond souvent aux efforts d’interprétation métaphysique des textes cités plus haut. Aucune voie ne peut dès lors être dite plus orthodoxe que les autres. Si tous les auteurs platonisent, ils platonisent différemment, sans que les concepts d’orthodoxie ou d’hétérodoxie soient ici pertinents.
Néanmoins, l’une des surprises, et l’un des intérêts majeurs du colloque, particulièrement sensible dans les discussions, fut de constater, au-delà des quatre axes de réflexion proposés (l’Un, l’être, l’intellect, Dieu et l’univers), une relative homogénéité autour d’une question qui est apparue comme le problème métaphysique central du médioplatonisme. Les différentes contributions ont en effet dégagé l’idée que l’effort métaphysique des médioplatoniciens semblait viser à identifier le Principe et à déterminer comment il s’applique (passage de l’un au multiple, fragmentation, maîtrise de la matière). Il s’agit donc, chez ces auteurs qui relisent le Timée, de déterminer le rapport du modèle au démiurge, en posant un intermédiaire. Chaque auteur élabore donc cet intermédiaire pour préserver l’absolue pureté, l’absolue unité et autarcie du premier dieu, qui ne saurait, en aucune façon, être directement en contact avec une activité productrice qui aurait pour effet de le faire d’emblée déchoir de son autarcie et de sa perfection, mais qui doit bien aussi, comme principe s’appliquer aux autres réalités. Dès lors, une entité, souvent désignée comme un deuxième dieu, est posée entre le premier principe ou premier dieu (ou père) et le démiurge, et participe des deux (ainsi, chez tous ceux qui ont analysé les textes de Numénius, mais aussi dans le rapport du père à Hécate dans les oracles chaldaïques décortiqués par L. Brisson, ou chez Origène dans la lecture de M. Zambon). Tout le problème est de comprendre la fonction et la nature de ce deuxième dieu, comment il se comporte vis-à-vis des deux autres, et surtout comment il procède du premier qui n’est jamais complètement au-delà de l’être ni au-delà de l’intellect. Comment donc préserver le premier dieu, tout en rendant possible l’activité du démiurge ? Ainsi, dans la remontée au principe de toutes choses, les médioplatoniciens élaborent un problème particulier mais varient les solutions : le premier dieu est-il supérieur au second en vertu d’une éminence ou d’un dépassement (S. Roux, A. Petit) ? Est-il au-delà de l’être (en particulier F. Trabattoni et S. Roux), est-il un intellect, est-il l’Un (J. M. Zamora), le Bien ? Ou plusieurs de ces choses, mais sous quelle forme ? Lesquelles reviennent alors au second dieu, comment s’opère le partage, et la liaison ? Quelle type de pensée (L. Lavaud), d’unité et de vie les caractérisent, et comment cela détermine-t-il le rapport entre eux? Voilà les questions métaphysiques qu’affrontent les médioplatoniciens ; elles trouvent toutes leur origine dans la difficulté éprouvée à concevoir le passage du premier au deuxième dieu.

3. le médioplatonisme n’est pas un pré néoplatonisme
Un certain nombre d’intervenants (en particulier L. Lavaud et A. Petit et S. Roux) ont également insisté sur le rapport de ce médioplatonisme avec le néoplatonisme de Plotin, mais surtout pour en signaler les distances, et le fait qu’il ne fallait pas le réduire à n’être que la préparation de la solution plotinienne, même si, par certains aspects, ils élaborent des problèmes métaphysiques que Plotin retrouvera. Ainsi, l’hénologie n’est qu’une tendance parmi d’autres, et n’est jamais accomplie strictement en conformité avec le schéma plotinien. La pensée plurielle des médioplatoniciens ne doit donc ni être arbitrairement tirée vers l’hénologie de Plotin, qu’elle ne pourrait qu’annoncer et recouper, ni être considérée comme le brouillon inachevé du système plotinien, ni être exclues du platonisme sous prétexte qu’elle ne serait pas conforme à l’orthodoxie néoplatonicienne. Certaines communications (en particulier celle de L. Lavaud) ont bien montré comment Plotin pouvait être amené à reprendre, à discuter certaines positions comme celle de Numénius (son attitude d’ensemble varie d’ailleurs dans le temps), mais il n’est ni un plagiaire, ni l’horizon d’attente du médioplatonisme.

Le médioplatonisme est donc apparu, au cours de ce colloque, comme une relecture vivante des dialogues de Platon, centrée autour de quelques problèmes communs formulés à partir de l’interprétation de certains textes fondateurs. S’il a été parfois repris et discuté par Plotin, il semble néanmoins difficile de considérer qu’il conduise nécessairement à lui. Le problème métaphysique peut être proche, mais les solutions sont très diverses, et les doctrines souvent incompatibles dans le détail. Ainsi parler d’une ligne orthodoxe et droite qui mènerait de Platon à Plotin en passant par les médioplatoniciens, qui présenterait une continuité doctrinale parfaite et qui constituerait une sorte d’orthodoxie du platonisme, s’avère risqué. Le médioplatonisme témoigne plus de la diversité des lectures de Platon que d’une doctrine unifiée, ou progressant dans une direction unique. Néanmoins son unité n’est pas non plus dans la seule référence à Platon, mais elle se trouve dans une même manière de poser des problèmes métaphysiques semblables et d’interroger le platonisme. En ce sens, même s’il ne constitue pas une école, et encore moins une doctrine unique, le médioplatonisme représente bien une tradition particulière avec ses textes de Platon, ses problèmes et son langage, mais c’est une tradition plurielle.

Pierre PONCHON, Centre Philosophies et Rationalités


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *