Plotin, traité 2 – IV, 7

« Mais maintenant, voyant l’âme qui dans la plupart des gens est souvent outragée, les êtres humains ne pensent à elle ni comme à une chose divine, ni comme à une chose immortelle. Or il faut examiner la nature de chaque chose en portant son regard sur ce qui, d’elle, est pur, puisque précisément ce qui a été rajouté devient toujours un obstacle à la connaissance de ce à quoi il a été rajouté » (10, 24-30). Nous sommes ici au cœur non seulement de l’enseignement de Plotin à propos de l’âme, mais aussi au cœur de la motivation de toute la recherche.

Une perspective axiologique est adoptée pour conduire l’enquête, perspective selon laquelle seulement l’âme bonne et vertueuse est l’âme dans sa vraie nature. Et cette bonté est ce qui l’apparente au divin ainsi qu’à l’être véritable. Il n’est plus question désormais, comme auparavant dans le traité, de l’immortalité de l’âme, à savoir de son indestructibilité, dans une perspective plutôt physique, mais de sa qualité morale, de sa pureté.

En Librairie à partir du 11 juin 2009

35,00 € – 304 pages

Collection « Les Écrits de Plotin »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search