Conférence: Sandrine Alexandre : "La fabrique de l'action droite"

Sandrine Alexandre, Université de Grenoble II

“La fabrique de l’action droite. Caractéristiques, enjeux, problèmes. Enquête sur la notion de « connaissance pratique » dans la pensée stoïcienne à partir des Entretiens d’Epictète”

Mercredi 14 décembre de 15h15 à 16h45

Université de Lausanne, Suisse
Section de philosophie

bâtiment Anthropole, salle 4068

Résumé :
Enquêter sur le thème de la « connaissance pratique » – autrement dit un savoir spécifiquement orienté vers l’action, dont l’objet propre est l’action – dans la pensée stoïcienne et plus encore chez un stoïcien tardif comme Epictète relève sinon de l’anachronisme pur et simple, du moins de la gageure. En effet, la distinction entre théorie et pratique qui caractérisait par exemple le partage entre deux types de sciences chez Aristote et qui nous est aujourd’hui familière n’est pas pertinente pour les stoïciens. Elle apparaît même comme la caractéristique d’un comportement dévoyé. Dans la mesure où toute connaissance – y compris la physique et la logique – s’inscrit dans une réflexion pratique, le thème d’une « connaissance pratique » semble en effet se dissoudre dans le projet général d’une philosophie où le concept d’ « usage » (χρῆσις) joue un rôle structurant et fondamental comme l’a montré de façon très convaincante T. Bénatouïl . « Faire usage » serait alors le dernier mot de la « connaissance pratique ». Demeure pourtant la question des normes et des modalités qui fondent en dernier ressort l’usage correct. Et c’est sur ce point que doit porter, nous semble-t-il, une interrogation sur la « connaissance pratique » dans la pensée stoïcienne. Quand bien même toute connaissance a-t-elle vocation à s’inscrire dans une pratique, il n’en demeure pas moins que l’on peut identifier quelque chose comme une « connaissance pratique » et qui serait le principe essentiel à la mise en oeuvre d’une action correcte et par suite à la possibilité même de l’action dans le monde concret caractérisé par l’interaction d’agents multiples. Ce sera le premier aspect que je développerai en défendant l’hypothèse que le jugement de valeur est la forme caractéristique que prend ce que l’on peut donc légitimement appeler une « connaissance pratique » stoïcienne.
J’envisagerai ensuite les conséquences qui découlent de cette forme caractéristique de « connaissance pratique », dans le domaine éthique et dans le domaine politique. J’interrogerai notamment les intermittences de l’effectivité de cette connaissance pratique dont on se demandera si elle peut jamais être mise en oeuvre. J’interrogerai également le statut de cette « connaissance pratique » dans le cadre des rapports de pouvoir et plus précisément en regard du politique compris comme l’élaboration et le maintien des normes qui assurent le vivre ensemble. C’est sans doute cet aspect qui donne à cette connaissance pratique sa dimension la plus singulière puisque j’espère montrer qu’elle s’avère hétérogène au politique au sens strict du terme – dans le cadre du fonctionnement d’une cité particulière.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search