Table ronde Foucault et les grecs (Paris, 12/02)‏

Michel Foucault, la parrhêsia des Grecs et le « gouvernement des vivants »

Le 12 février 2013 à 17h
Maison des Sciences de l’Homme Paris
Le France
190 avenue de France
Paris 13e
salle 640

Table ronde organisée par le programme franco-allemand de la FMSH, avec la participation de Vincent AZOULAY, Jean-François BERT, Corinne BONNET, Daniel DEFERT, Henri-Paul FRUCHAUD, Frédéric GROS, Carlos LÉVY & Pascal PAYEN.

http://www.msh-paris.fr/news/news/article/michel-foucault-la-parrhesia-des-grecs-et-le-gouvernement-des-vivants/

Deux récentes publications sur Michel FOUCAULT sont au coeur de l’actualité scientifique :

La revue Anabases (publiée par l’équipe PLH-ERASME de l’université de Toulouse II – Le Mirail) publie, dans son numéro 16 (2012), la transcription intégrale d’une Conférence inédite prononcée par Michel Foucault en mai 1982, à l’université de Grenoble. Elle est entièrement consacrée à la notion grecque de parrhêsia. Dans le cadre démocratique, la parrhêsia est un droit politique qui permet au dirigeant influent – Périclès est l’exemple retenu – de participer activement au gouvernement de la cité et d’emporter l’adhésion de ses concitoyens par la franchise de son discours. Avec ce concept, nous sommes au coeur des « régimes de vérité ». Le texte de la conférence rend le mode d’exposition adopté par Foucault, à partir d’un dossier de textes grecs, particulièrement vivant. Il met en place un va-et-vient assez spontané entre les textes originaux, leur commentaire et les enjeux philosophiques, éthiques et politiques que sa lecture sous-tend. Les enjeux de méthode philosophique constituent l’un des intérêts majeurs d’un texte que l’on peut qualifier d’important. La transcription complète (y compris l’échange avec le public) et le texte de présentation sont dus à Henri-Paul Fruchaud et Jean-François Bert.

Anabases. Traditions et Réceptions de l’Antiquité: http://anabases.revues.org/3859

Par ailleurs est paru en novembre 2012 Du Gouvernement des vivants, un cours charnière prononcé par Michel Foucault au Collège de France en 1980. Il y poursuit l’histoire des « régimes de vérité » qui traverse l’ensemble des cours du Collège de France, en y apportant une inflexion majeure : commencée dans le champ du juridique et du judiciaire, l’exploration s’était poursuivie dans le champ politique, avec la thématique des rapports pouvoir-savoir, puis de la gouvernementalité. Elle s’investit ici dans le champ des pratiques et des techniques de soi, domaine de l’éthique que Michel Foucault ne quittera plus. La question n’est plus seulement de retracer l’essor, dans la culture occidentale, d’un art de « conduire la conduite » des hommes, mais d’examiner la façon dont se constitue le sujet dans le jeu du pouvoir et de la vérité. Comment se noue le rapport du sujet à l’obligation de dire vrai sur lui-même ? Ce projet conduit Michel Foucault d’une relecture de l’OEdipe-Roi de Sophocle à l’analyse des « actes de vérité » propres au christianisme primitif, à travers les pratiques du baptême, de la pénitence et de la direction.



Citer ce billet
Olivier Renaut (2013, 7 février). Table ronde Foucault et les grecs (Paris, 12/02)‏. Zetesis - Ζήτησις. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vcpu

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search