Soutenance de thèse : Jean-Christophe COURTIL

Sapientia contemptrix doloris : le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque
Jean-Christophe COURTIL a l’honneur et le grand plaisir
de vous inviter à la soutenance de sa thèse intitulée

Sapientia contemptrix doloris :
le corps souffrant dans l’œuvre philosophique de Sénèque

le vendredi 25 octobre 2013 à 14h

en salle du château de l’Université Toulouse II-Le Mirail.

Thèse dirigée par Madame Mireille ARMISEN-MARCHETTI
(Université Toulouse II-Le Mirail)

devant un jury composé de Mesdames et Messieurs

Mireille ARMISEN-MARCHETTI (Université Toulouse II)
Jean-Pierre AYGON (Université Toulouse II)
Marie-Hélène GARELLI (Université Toulouse II)
Frédéric LE BLAY (Université de Nantes)
Carlos LÉVY (Université Paris IV)
Philippe MUDRY (Université de Lausanne).

Résumé de thèse :

Sénèque respecte scrupuleusement l’orthodoxie stoïcienne en affirmant à plusieurs reprises que la santé physique, en tant qu’« indifférent » moral, ne doit en aucun cas être un objet d’attention. Toutefois, parallèlement à ces considérations, il compose une œuvre dans laquelle la souffrance physique occupe une place considérable. La présente étude, à travers l’examen des théories et des représentations du dolor physique dans l’œuvre philosophique de Sénèque, se propose de résoudre ce paradoxe apparent et de déterminer précisément les fonctions d’un tel emploi. Dans un premier moment, après avoir défini la notion de dolor physique et établi une typologie précise, nous démontrons l’omniprésence du motif du corps souffrant et en dégageons les raisons externes, qu’elles soient socio-anthropologiques et culturelles, politiques, littéraires et même personnelles. Dans un deuxième temps, nous étudions la dimension médicale des représentations de la souffrance, afin de définir chez le philosophe le niveau de sa connaissance des auteurs spécialisés et l’origine possible des théories pathologiques et thérapeutiques qui affleurent dans son œuvre. Dans un troisième temps, nous envisageons le dolor physique au sein de la pensée philosophique de Sénèque. Nous nous employons à démontrer que le dolor physique possède une fonction éthique de premier ordre et que Sénèque ne se limite à présenter des éléments dogmatiques, mais développe également une série d’exercices pratiques permettant de sortir vainqueur du combat contre la douleur physique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *