L’humain et le bestial chez Epictète

À partir du témoignage d’Épictète, la présente communication vise à montrer comment ce dernier conçoit le rapport entre humanité et bestialité dans la perspective stoïcienne en matière de morale et de politique. Si la parenté entre les hommes et le dieu définit une communauté de logos à laquelle les animaux n’ont pas part, l’homme bestial s’en exclut par la violence et l’asservissement. Nous montrerons comment Epictète se sert du thème platonicien de la sociabilité naturelle (hêmerotès), d’après les noms qui expriment un rapport social, justifiant l’adoption de conduites devant être étendues à l’humanité tout entière. Plus encore, nous montrerons que, en maintenant d’un côté la thèse radicale et paradoxale selon laquelle il est impossible de subir un dommage réel de la part d’autrui (ni, donc, de lui en causer), Epictète pense le rapport à autrui comme absolument déterminant pour la constitution de l’identité du sujet, par les différents comportements qu’il adopte à son égard, comme autant de jeux réflexifs susceptibles de lui nuire en profondeur, altérant fondamentalement son humanité et, par suite, son accordement avec la nature.

Olivier D’JERANIAN

Téléchargez le fichier : L_humain_et_le_bestial_chez_Epictete


Vous aimerez aussi...