CFP : Appel à contribution – Le Peri ideôn d’Aristote

Coordination éditoriale : Michel Crubellier et Leone Gazziero.

Adresse : UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » (STL), Université Lille 3, Rue du Barreau – BP 60149, 59653 Villeneuve d’Ascq Cedex, France.

Contact : leone.gazziero@univ-lille3.fr

Calendrier : 30 septembre 2016 (date limite d’envoi des propositions) ; 15 octobre 2016 (notification aux autrices et auteurs dont les contributions ont été retenues) ; 15 décembre 2016 (soumission des articles dans leur version définitive) ; 15 janvier 2017 (acceptation ou notification des recommandations émises par les relecteurs anonymes) ; automne 2017 (publication).

Si – compte tenu des reproches, parfois brutaux, qu’il a formulés à son encontre – le peu de sympathie d’Aristote pour la doctrine des Formes séparées (les Idées dites « de Platon » pour faire bref) ne fait guère de doutes, il n’est pas toujours évident de savoir quels étaient exactement ses griefs à son encontre et jusqu’à quel point il a rendu justice aux arguments que les partisans des Idées avançaient en faveur de leur existence. Tel est notamment le cas du réquisitoire qu’on peut lire – à quelques variations mineures près – dans les livres A et M des Métaphysiques. De fait, ce dernier se caractérise à la fois par une allure récapitulative et un style laconique ; il présuppose surtout une remarquable familiarité avec les éléments d’un débat qu’il serait malaisé de reconstituer exclusivement sur la base des vestiges qu’il a laissés dans les écrits d’école d’Aristote. D’où l’intérêt qu’une source quasi-canonique – le Peri ideôn – a suscité dans la mesure où – pour peu qu’on se fie au témoignage d’Alexandre d’Aphrodise – Aristote y abordait, en quelque détail il faut croire, les problèmes de savoir s’il y a des Idées, s’il est possible de démontrer qu’elles existent ou encore quelles sont les preuves que l’on a apportées à cet effet.

En parallèle avec le séminaire consacré aux fragments du traité perdu d’Aristote sur les Idées, qu’ils animent à l’Université de Lille depuis le mois de septembre 2015 (http://periideon.hypotheses.org/), et des journées d’études « Peri ideôn », qu’ils vont organiser – toujours à l’Université Charles de Gaulle – le 16 et 17 juin 2016, Michel Crubellier et Leone Gazziero lancent un appel à contributions pour un ouvrage collectif visant à faire toute la lumière possible sur cette pièce maîtresse de l’Aristote pas tout à fait perdu, mais pas tout à fait retrouvé non plus.

Autrices et auteurs intéressés sont invités à soumettre des propositions (rédigées en Français ou en Anglais, d’une taille comprise entre 500 et 1000 mots) de contributions (dont la version définitive, rédigée elle aussi en Français ou en Anglais, ne dépassera pas, en principe, les 50.000 mots). Ces résumés, rendus anonymes aux fins de leur évaluation « en aveugle », auront toute latitude d’instruire le dossier du Peri ideôn d’Aristote sous différents angles en abordant – tour à tour ou, idéalement, de manière solidaire – les aspects proprement philologiques (liés à l’établissement du texte ainsi qu’à son histoire), historiques (liés à la reconstruction ponctuelle des arguments qu’Aristote prêtait à ses adversaires, d’une part, et, d’autre part, des objections par lesquelles il comptait les mettre en échec), ou encore philosophiques (liés à la détermination des enjeux doctrinaux de la controverse dont le Peri ideôn demeure l’un des documents les plus anciens).

Ces notes d’intention, accompagnées d’un email où figureront les données personnelles des auteurs (le nom et l’affiliation institutionnelle) – ainsi que toute question et demande de précisions – sont à envoyer au format .pdf ou bien, alternativement, .docx ou .rtf, avant le 30 septembre 2016, à l’adresse :

leone.gazziero@univ-lille3.fr


Vous aimerez aussi...