4. Le réel

Le réel

Actes du colloque de doctorants et de jeunes chercheurs autour du thème « Le réel ». Université Paris I – Panthéon Sorbonne & Université Paris Ouest – Nanterre-La défense, 8-9 juin 2012

Présentation

Fondement unitaire et permanent ou feuilleté divers et mobile, évidence première ou objet de l’intuition des plus avisés, le réel revêt des aspects différents selon les contextes et les approches. Selon le mot de Socrate à Cratyle (439b), il serait tentant de dire : « Savoir de quelle manière il faut apprendre ou trouver ce qui est (τὰ ὄντα), cela excède sans doute mes forces et les tiennes »1. Le réel aurait ainsi cette nature paradoxale d’être à la fois la chose la plus accessible, la plus commune et la plus ordinaire qui soit, et néanmoins aussi la plus complexe, la plus étrangère, la plus mystérieuse.

La difficulté de la description et de la recherche du réel dans le monde de la Grèce antique tient en partie à la pluralité de ses dénominations : τὸ ὄν (ce qui est), ἡ οὐσία (la substance ou l’essence), τὸ ὑποκείμενον (ce qui est sous-jacent ou le substrat), τὸ ὕπαρχον (ce qui existe), τὸ πράγμα (la chose), voire ἡ φῦσις (la nature) ou τὸ ἀληθές (le vrai). Si toutes ces expressions désignent bien « ce qui est le cas », elles renvoient chacune à une acception différente de la notion de réel, insistant tantôt sur sa valeur ontologique, tantôt sur sa portée logique, tantôt sur son sens ordinaire, tantôt sur sa signification physique. Le concept général moderne de « réel » n’aurait dès lors pas d’équivalent exact dans la pensée des Grecs.

Pourtant, la notion prend sa place au croisement de questionnements multiples qui traversèrent les écrits littéraires, scientifiques et philosophiques de l’Antiquité. Le réel se comprend tout d’abord par opposition aux différentes formes de l’irréel que sont l’inexistant et le fictif : les réflexions sur les rêves, sur la folie, mais aussi sur les mythes, contribuent à façonner une vision du réel et servent souvent à mieux le comprendre. C’est le cas dans les textes d’épistémologie, où il s’agit de trouver les critères de distinction entre une apparence vraie et une apparence fausse, mais aussi par exemple dans les textes politiques, où la réalité historique est confrontée aux modèles théoriques. Plus généralement, la pensée grecque s’est attelée à la description et à la classification du réel, donnant ainsi de la consistance à ce qui pouvait pêcher ou bien par l’excès d’évidence ou bien par un caractère apparemment indicible. C’est à cette tentative pour mettre en lumière, en quelque sorte, « la réalité du réel » que s’est intéressé ce colloque.

C’est une question d’objet – qu’est-ce qu’être réel ? – que posent Maxime CHAPUIS et Eleni KONTOGIANNI, le premier à la faveur de la distinction fine entre réel et réalité chez Platon, la seconde en soulignant le rapport intrinsèque entre temps et existence chez Aristote.

Julien BOUVIER et Aurore BONI s’intéressent pour leur part aux moyens d’accéder au réel et/ou de le produire, en s’appuyant tous deux sur le corpus platonicien. La notion d’odos ne serait-elle pas un « chemin vers le réel » ? Les lois, ou mieux encore l’écriture de la loi, ne contribue-t-elle pas à produire le réel dans une certaine mesure ?

Enfin, les deux dernières contributions qui figurent dans ces actes posent la question du réel et de ses doubles. Nicolas ZAKS met en effet en relation « être, non-être et images trompeuses » dans les dialogues platoniciens du Sophiste et de la République tandis qu’Alexandru PELIN s’intéresse à la « confrontation des deux formes de réalités que sont l’intelligible et le sensible chez Damascius. Cette dernière communication annonce ainsi les actes du colloque de 2013 sur les modalités.

Sandrine ALEXANDRE & Esther ROGAN

Sommaire

 

  1. Traduction de Louis Guillermit, in Platon par lui-même, GF, 1994, p. 161. []