Parution : Dimitra Panopoulos : L’hypothèse platonicienne

Nietzsche présente sa philosophie comme « un platonisme inversé ». Deleuze reprend ce fil et ouvre ainsi l’espace contemporain de cette injonction : « la tâche de la philosophie moderne a été définie : renversement du platonisme. Que ce renversement conserve beaucoup de caractères platoniciens n’est pas seulement inévitable, mais souhaitable. » Il s’agit avant tout de suivre le fil des reconstructions de ce nom dans l’espace des philosophies contemporaines, afin d’en saisir et de mettre en évidence la scène polémique. Celle-ci, dans son versant antique, présente notamment Platon comme la figure principale de la philosophie dogmatique ou métaphysique. Son versant contemporain porte sur les conceptions renouvelées de la dialectique, des théories de la contradiction et plus généralement de la négation. Cet antiplatonisme aura culminé dans l’espace contemporain à travers les multiples tentatives d’approprier Socrate à ce qui en serait la postérité morale adéquate, contre Platon : en cherchant à sauver un élément critique de la pensée socratique qui aurait été recouvert, enseveli ou détourné par la dogmatique de Platon. L’opposition constamment reconduite est ici comme ailleurs entre la méthode éthique et strictement élenctique d’un Socrate réel (où la discussion réfutative valide une hypothèse par la récurrence de son succès) et le dogmatisme de maîtrise du Socrate fictionné par Platon (où la démonstration inspirée des mathématiques des Éléates vise une certitude épistémique). C’est pourtant une toute autre subjectivation qui constitue l’enjeu de la dialectique socratico-platonicienne, dans laquelle l’usage affirmatif de l’hypothèse conduit des conceptions contemporaines renouvelées de la négation à une nouvelle pensée de l’absolu.

https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=53623


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *