CFP : Influences étrangères : la philosophie et la circulation des connaissances dans l’Antiquité (Montréal)

Foreign Influences: Philosophy and the Circulation of Knowledge in Antiquity

Interuniversity Colloquium in Ancient Philosophy
Montreal (Université du Québec à Montréal), October 24-26, 2018

How did Greek and Roman philosophers react to “foreign influences,” or “foreigners” (xenoi)? Did Greek and Roman philosophy and literature promote a stereotypical notion of the other, or do we always find different approaches to foreignness? Are stereotypes and prejudices the most common features of ancient representations of foreigners? When philosophers strive to expand the body of knowledge of their time, are they open or closed to the input that may come from other populations?
The Greek concept of the “foreigner” (xenos) is rather wide-ranging, as is clear from Socrates’ plea to his judges at the beginning of Plato’s Apology, that they tolerate his simple language as they would tolerate a foreigner from Ionia speaking the dialect of that region.
Before Socrates’ philosophical activity, the Presocratics, both physiologists and sophists, were all “guests” or foreigners (xenoi) in Athens—not citizens. Moreover, before the arrival of philosophers to mainland Greece, Greeks from Attica or the Peloponnese would go abroad to learn and acquire knowledge. According to Herodotus, Solon, one of the Seven Sages, traveled for ten years to Egypt and to the court of Cresus. Solon went abroad to “philosophize”, i.e. to collect the wisdom of the learned foreigners.
This conference aims at surveying the different representations of foreigners provided by Greek and Roman philosophers. The goal is to establish whether these representations had an impact on the development of ancient philosophy. Selected papers will focus on the foreigners’ contributions to ancient philosophy and will explain how was possible that philosophy, from its origin through its development, was always intertwined with cultural exchanges around the Mediterranean, despite the different languages, the geographical and historical distances and the barrier of citizenship.
The conference will focus on archaic, classical, Hellenistic, and Roman antiquity. We welcome papers on the notion of “xenos” from different perspectives (anthropological, literary, historical and philosophical).

Keynote speakers: Renaud Gagné (Cambridge)
Marie-Françoise Baslez (Paris IV)
Anna Schriefl (Bonn)
Mauro Bonazzi (Milan)

Please send an abstract of 300-450 words and a short CV to : gili.luca [at] uqam.ca.

Deadline for submission: December 20, 2017. Decisions will be made by January 10, 2018. The conference proceedings will be published.

The organizers: Benoît Castelnerac (Université de Sherbrooke), Luca Gili (Université du Québec à Montréal), Laetitia Monteils-Laeng (Université de Montréal)

versione française
 

Influences étrangères : la philosophie et la circulation des connaissances dans l’Antiquité

Colloque inter-universitaire de philosophie ancienne
Montréal (Université du Québec à Montréal), 24-26 octobre 2018

Quelle perception se font les Grecs et les Romains de ces « influences étrangères »? Est-ce toujours une vision globale et stéréotypée qui nous en est renvoyée ou y a-t-il un traitement toujours inégal des étrangers? Dans la représentation que les Anciens se font de l’étranger, les stéréotypes, les préjugés prévalent-ils systématiquement sur la réalité de ce que l’on peut apprendre d’un étranger (invité ou non)? À l’égard de ces peuplades plus ou moins bien – ou mal – connues, favorise-t-on une attitude de repli ou au contraire d’ouverture quand les philosophes s’intéressent à l’avancement de la connaissance à leur époque?
La notion d’étranger (xenos) est singulièrement large en Grec classique, en témoigne la précaution que Platon prête à Socrate au début l’Apologie : que ses juges tolèrent son parler sans ornements, comme ils le feraient avec un étranger venu d’Ionie qui en aurait le dialecte.
Avant le succès de Socrate en philosophie, les « présocratiques » (savants ou sophistes) étaient tous des « invités » à Athènes. En outre, avant que les savants ne se rendent en Grèce continentale, les Grecs d’Attique ou du Péloponnèse se rendaient « à l’étranger » pour accumuler les savoirs. Selon Hérodote, Solon, l’un des sept sages, aurait entrepris un voyage de dix ans passant par l’Égypte et la cour de Crésus.

Ce colloque a pour objectif de présenter différents aspects de la représentation que les philosophes grecs et romains se faisaient des étrangers, afin d’en évaluer la présence et la contribution dans l’avènement et le développement des savoirs. Il portera sur les différentes périodes de l’Antiquité (archaïque, classique, hellénistique et romaine) et aura une orientation interdisciplinaire (anthropologique, littéraire, historique et philosophique).

Conférenciers invités :
Renaud Gagné (Cambridge)
Marie-Françoise Baslez (Paris IV)
Anna Schriefl (Bonn)
Mauro Bonazzi (Milan)

Une proposition de 300-450 mots et un CV doit être envoyé à Luca Gili (gili.luca [arobase] uqam.ca) pour le 20 décembre 2017. Les propositions seront sélectionnées pour le 10 janvier 2018. Les actes du colloque seront publiés.

Les organisateurs: Benoît Castelnerac (Université de Sherbrooke), Luca Gili (Université du Québec à Montréal), Laetitia Monteils-Laeng (Université de Montréal)    


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *