1 octobre 2018 // Conférence de A. Vasiliu, « Exégèse et pensée de l’image chez Philon d’Alexandrie » (CRHI – Nice)

Le CRHI  (Centre de Recherche en Histoire des Idées)a le plaisir d’accueillir à l’Université de Nice le lundi 1er octobre 2018, de 17h30 à 19h30,

Madame Anca Vasiliu

(Directrice de Recherches ; Centre de recherches sur la pensée antique  « Léon Robin », UMR 8061 ; CNRS, Univ. Paris-Sorbonne)

pour une conférence intitulée :

« Exégèse et pensée de l’image chez Philon d’Alexandrie »

La conférence aura lieu en Salle du Conseil

U.F.R. Lettres, Arts, Sciences Humaines

(« Campus Carlone ». 98, bd Édouard Herriot, Nice.)

Vous êtes cordialement conviés à la conférence et aux échanges qui suivront.

Présentation de la communication :

C’est à partir d’une analyse de la pratique des images que nous essayons de saisir le rapport entre rhétorique, exégèse et philosophie dans les textes de Philon. S’il y a chez l’Alexandrin une réflexion sur les vertus du langage déployée entre l’herméneutique des textes bibliques et le recours constant aux modèles théoriques de la philosophie, cette réflexion vise explicitement la fondation d’une science : la théologie rationnelle. Or la pratique des images s’inscrit dans cette réflexion sur les rapports de la langue avec les facultés sensibles et intellectives, depuis les figures et les symboles avec lesquels travaille le langage philosophique jusqu’à l’établissement d’une science à partir du paradigme des vertus épiphaniques dont la lettre biblique est pourvue.

Interprétées dans un premier temps à partir de leur référent sensible, les images d’êtres ou d’objets dévoilent à travers leur exégèse un autre référent, non-immanent celui-là, un référent dont la possibilité de connaissance assoit finalement dans la langue une pensée de l’image sous-jacente à une science de l’intellection. Ce traitement double des images, interprétées à partir de leur visibilité et entièrement réinventées pour pouvoir en faire un moyen de l’intellection, permet à Philon de poursuivre un travail herméneutique sur l’expression et de bâtir en même temps une véritable œuvre pionnière de théologie.

Nous poursuivons et interprétons nous aussi la démarche exégétique et le lexique de Philon dans plusieurs cas d’espèce (empruntés en particulier aux traités Quis rerum divinarum heres sit et De opificio mundi), attentifs aux articulations du langage et de la pensée à l’œuvre dans un travail de réflexion qui ne dit pas son nom mais innove, en resserrant sur la révélation l’objet et la langue de la philosophie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.